Les disparus et oubliés… de Gironde… Ce titre attise la curiosité, alors, amateurs d’Histoire et amoureux des curiosités d’un patrimoine oublié, je vous invite à lire mon article…

En effet, je voulais vous parler de certains édifices, monuments, curiosités girondines qui ont aujourd’hui disparus ou dont les vestiges sont visibles, si on y prête attention. On ne peut plus les admirer dans leur état d’origine mais laissez moi vous les faire découvrir…

A BORDEAUX…

FORT DU HÂ ou CHÂTEAU DU HÂ

disparus et oubliés de Gironde

Fort du Hâ

Au XVème siècle, deux forteresses sont construites : le fort du Hâ et le château Trompette. Le premier fût construit par décision du roi Charles VII, puis il fût la résidence de Charles de Valois, puis servira de refuge aux protestants lors de la St Barthélémy. Sous Louis XIV le fort fût renforcé par Vauban puis transformé en prison sous la Terreur. En 1835, le fort est en partie détruit pour la construction du Palais de Justice. Pendant la 2ème guerre mondiale, le fort sert de prison politique. Aujourd’hui ne subsistent que 2 tours inscrites à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1965.

Les vestiges des 2 tours © Thomas Sanson

Les vestiges des 2 tours © Thomas Sanson

CHÂTEAU TROMPETTE

Je suis un bloc de texte, cliquez sur le bouton \ »éditer\ » pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Au XVème siècle, deux forteresses sont construites : le fort du Hâ et le château Trompette. Symbole de l’autorité royale, beaucoup d’ennemis voulurent s’emparer du second,durant les guerres de religion, d’ailleurs il fût détruits en 1562 puis restauré. Sous Louis XIV, on le transforma en citadelle par Vauban puis on le délaissa au profit de la citadelle de Blaye. Louis XIV vend alors le château en 1787 qui sera plus tard détruit en 1818 pour laisser place à la place des Quinconces. Aujourd’hui, sous la place des Quinconces, subsistent des galeries et plusieurs éléments de fortification.

MOMIES DE SAINT MICHEL

La majorité des bordelais connaissent l’Histoire des momies de Saint Michel. Je vous ai même raconté ma visite de la Flèche et de la crypte dans mon article ICI.

disparus et oublies de gironde

Fin XVIIIème, on exhuma, dans l’ancien cimetière de Saint Michel, 74 corps momifiés grâce au sol riche en carbonate de calcium. Ils furent alors déplacés dans la crypte et au XIVème siècle, un défilé incessant de curieux parmi Stendhal, Victor Hugo, Théophile Gauthier, Flaubert déambulèrent devant ces corps. Des légendes sont nés pour décrire et raconter l’histoire de chaque momie comme la famille empoisonnée par des champignons, l’enfant enfermé vivant dans son tombeau, la cancéreuse aux seins percés, un portefaix mort éventré…Mais en 1979, la crypte ferma et les momies retrouvèrent un endroit plus calme et digne au cimetière de la Chartreuse. Aujourd’hui, un film projeté dans la crypte retrace l’histoire de ces pauvres momies…

EXPOSITION UNIVERSELLE MARITIME

grand palais grand palais2 arriere grand palais

En 1907, Bordeaux a eu le privilège d’accueillir et d’organiser la première exposition maritime universelle, ouverte à toutes les nations du monde. C’est donc sur l’immense place des Quinconces qu’a vu naître une immense ville luxueuse composée de plusieurs pavillons et d’un immense palais en son centre. Pendant toue la durée de l’exposition vont ainsi se succéder à Bordeaux : visites royales, princières, ministérielles, personnalités diverses, avec en plus, la venue d’escadre étrangères et de nombreux navires de guerre (France, Japon, Etats-Unis, Angleterre, Russie, Suède, Hollande, Espagne, Argentine, etc.). Malheureusement, de cet événement éphémère, il ne reste rien puisque les monuments ont tous été démantelés et détruits…

Si vous souhaitez en savoir plus sur cet événement aujourd’hui oublié, je vous invite à visiter cet article ICI

 

SUR LE BASSIN…

CASINO MAURESQUE à Arcachon

casino mauresque2 casino mauresque

Un magnifique bâtiment trônait sur le site de l’actuel du parc Mauresque à Arcachon (une pinasse dans le parc marque son emplacement précis). Aujourd’hui seul subsiste l’ascenseur datant de 1948… Construit en 1863, il jouissait d’une superbe vue sur le bassin et la ville. Durant la Belle Epoque et fort du succès touristique, il était l’endroit parfait pour animer et divertir les gens fortunés. Il ferma en 1972 et classé puis fût détruit par un incendie en 1977.

Plus de photos ICI

VILLA ALGERIENNE à Lège Cap Ferret

villa algerienne

C’est en 1865 que fût construit la Villa Algérienne. On retrouve bien la mode de l’époque qui se veut orientale et exotique comme le casino mauresque d’Arcachon. La villa a été construite au milieu de rien,  il n’y avait même pas de route dans ce qui deviendra le village de l’Herbe, et tout fût acheminé par bateau. Son propriétaire, Leon Lesca, développa tout autour de sa villa, des bassins, des jardins, un vignoble, une jetée, une école, une chapelle (voir ICI) et même un presbytère… Puis après la guerre 39/45, la villa se retrouva dans un état déplorable, abandonnée et rongée par les termites, elle fût vendue à un promoteur et détruite en 1966…

 

DANS LA METROPOLE…

DOMAINE DU BIJOU à Gradignan

le bijou le bijou talence

domaine du bijou

Source Mairie de Talence

Je me suis toujours demandée ce que c’était que cette tourelle sur le cours de la Libération. J’ai maintenant ma réponse car il s’agit de la maison de l’ancien Domaine du Bijou. C’était une vaste propriété à vocation agricole et horticole de 6 ha et qui s’étendait de l’avenue de l’Université à l’avenue de la Paillère, aux confins des villes de Talence et Pessac. Dans les années 30/40, la propriété est réduite et aujourd’hui, seul subsiste le pavillon d’entrée et la maison du maître.

CHÂTEAU RABA à Talence

Lorsque j’ai dîné à La Réserve (voir ICI), j’ai découvert un petit trésor caché dans un écrin de verdure. Ce domaine me fascine et j’ai voulu en savoir plus. En 1783, la famille Raba demande à Victor Louis de construire une immense villa néo-classique. Surnommé « le Chantilly Bordelais », le domaine reçu énormément de visiteurs notamment l’empereur Napoléon. Le parc était ouvert à tous et les promeneurs pouvaient venir admirer, fontaines, statues… et même jouir d’un labyrinthe végétal. Aujourd’hui subsistent quelques vestiges dont les sphinges à l’entrée du château. Le pavillon où se trouve le restaurant était destiné à accueillir les invités et fût construit au début du XIXème siècle. Aujourd’hui, le château est toujours la propriété de ses descendants et tout le domaine est classé aux monuments historiques.

Écrit par

la-route-joyeuse_signature

Aurélie

Curieuse, épicurienne, gourmande, baroudeuse et insatiable.
Rédactrice Web / CM / Traductrice - Freelance

Retrouvez mes coups de cœur et mes bons plans en Gironde et ailleurs !

La Route Joyeusse Blog Culinaire - Aurelie ToledoLa Route Joyeusse Blog Culinaire - FacebookLa Route Joyeusse Blog Culinaire - TwitterLa Route Joyeusse Blog Culinaire - Google PlusLa Route Joyeuse Blog Culinaire - Youtube